34750 HAMEAU DE SAINTE-BRIGITTE

34750 HAMEAU DE SAINTE-BRIGITTE, +33 (0)970 46 74 68

+33 (0)970 46 74 68

Wall Street Journal – Dégustation Languedoc-Roussillon – Jay McInerney

L’appellation Terrasses du Larzac (©V. Bedos-St Jean de Fos)

(Traduction – l’article en anglais ici – PDF de la traduction: Dégustation Languedoc-Roussillon)

Dégustation Languedoc-Roussillon

Par Jay McInerney ( Wall Street Journal 18 septembre, 2010)

Le Languedoc-Roussillon  est  une  région vaste et hétérogène sur le plan géologique (la preuve, ce nom composé), un croissant s’étendant le long de la Méditerranée, des Pyrénées aux Costières de Nîmes, produisant un océan de vin dont la plupart n’est  pas vraiment intéressant.

Mais je me suis souvenu à nouveau hier soir de l’énorme potentiel de cette région (ou pour être plus précis, de ces deux régions) quand j’ai ouvert une bouteille de 2007 La Pèira Terrasses du Larzac une semaine après m’être délecté d’une bouteille de Domaine Gauby Côtes du Roussillon « La Muntada ».

Gérard  Gauby est un des pionniers de la région qui fait de la culture biodynamique et crée des vins à partir des vignes très anciennes qui combinent  puissance et  finesse. La Muntada êtait un vin extraordinairement riche et complexe qui avait beaucoup de personnalité et de caractère sans jamais être excessif malgré  sa densité et sa puissance. (Je n’avais pas pris de notes, il y avait des nuits comme cela.)

La Pèira en Damaisèla est un nouveau domaine appartenant, selon l’estimable David  Schildknecht sur eRobertparker.com, au compositeur Robert Dugan, basé à Londres. Malgré les différentes (ou mauvaises) orthographes, je me demande s’il s’agit de la même personne que Robert Dougan, le compositeur du succès « Clubbed to death ». La musique a eu un succès phénoménalen à sa sortie en 95 et plus tard dans un remix appelé Kurayamino Mix, sur la bande sonore du “Matrix”.

Si c’est lui, Mr. D. est réellement un gars aux multiples  talents bien que personne en réalité n’a suggéré qu’il a fait le vin lui-­même, Claude Gros et Jérémie Depierre étant connus comme les créateurs. Mais en plus des grandes oreilles, le gars a apparemment un grand nez pour le terroir.

En tout cas, le millésime 2007 qui était un millésime si sensationnel dans le sud de la France, est un des vins les plus voluptueux et excitants que j’ai goûtés cette année. Il est extrêmement mûr, riche et visqueux, avec ces notes chaleureuses de Grenache de climat chaud mais sans être cuit et sans goût prononcé de raisin, la douceur du Grenache étant équilibrée par des notes intenses de chocolat noir et de notes basses de terre.

La texture et la puissance de l’arôme sont incroyables. La Pèira 2007, me rappelle, à des moments différents, ‘89 La Mission [Haut-­Brion], ‘04 [Galardi] Terre di Lavoro et ‘90 [Henri] Bonneau [Réserve  des] Célestins (J’ai eu ma bouteille de Sokolin et ensuite, assez curieusement une offre pour le vin quelques jours après, de Premier Cru).

Et juste pour terminer mon mini tour de cette vaste région, j’ai pu goûter le Grange des Pères 2005, un magnum, l’autre nuit au Terroir. Daniel Johnnes avait convié à une dégustation de son nouveau portfolio de Bordeaux qui est formidable et à un prix raisonnable bien qu’il semblât un peu étrange de boire du Bordeaux dans cette drôle de Mecque avec comme président, le grand Paul Grieco lui-­même, le roi du Riesling.

Moins bizarre ans ce contexte était le Grange des Pères que Daniel avait apporté avec lui. Grange des Pères était un des premiers de la nouvelle vague, premium Languedocs, et les récents millésimes semblent bien se maintenir tandis que d’après mon expérience la plus recénte, le vin a été crée pour se bonifier avec l’age.

Le ’05’ était très gouleyant – un grand vin du sud bien charpenté avec des notes épicées et au goût de gibier. GDP est un assemblage de Syrah, Cabernet et Mourvèdre, mais dans ce millésime, durant cette nuit particulièrement, le Mourvèdre était dominant.

Ces temps-­ci, le Languedoc et le Roussillon sont en train de découvrir, de plus en plus, leurs propres identités et sans aucun doute, d’autres appellations seront forgées dans les deux régions. De tels vins ne peuvent que mettre en valeur le profil de chacune des deux régions.